Editorial n°2 : C'est quoi ton genre ?

Publié le par expologie

Depuis toujours dans le champ de l’écrit, le terme de genre est utilisé comme une notion de type catégoriel permettant de classer les productions littéraires en fonction des systèmes de conventions d’écriture auxquelles elles se rapportent. Il existe ainsi des conventions de forme, de contenu, d’effet sur le lecteur, qui nous font dire que tel texte est une fable tandis que tel autre est un polar. Aujourd’hui, la notion de genre s’est généralisée à d’autres modes de communication et le texte est envisagé de façon plus ouverte, plus pragmatique. Ainsi, en muséologie, l’accord est fait pour considérer la muséographie et l’expographie comme des formes d’écriture dans l’espace de l’exposition. Dans ce contexte, Expologie se propose d’étendre le concept de genre au média exposition afin d’étudier le jeu des conventions muséographiques de chacun de ces genres que seraient l’exposition de beaux-arts, l’exposition d’archéologie, celles d’histoire, de sciences ou de sciences naturelles, ou bien encore la maison-musée.

Car c’est bien d’un jeu dont il s’agit, au sens musical de l’exécution, c’est-à-dire de la mise en œuvre dans l’exposition d’un ensemble de codes déjà écrits et formant système. Au minimalisme des cartels des expositions d’art contemporain s’associent l’absence de soclage et la volonté de ne rien interposer entre l’œuvre et le visiteur. A la logorrhée des aides à la visite utilisées dans les expositions d’histoire répond l’utilisation des objets de collections comme autant de témoins, preuves et illustrations. Il existe ainsi des airs de famille reposant sur l’histoire de la muséographie comme sur celles de toutes les disciplines auxquelles se rapportent les expositions : histoire de l’art, sciences naturelles, ethnologie, etc. Mais le jeu implique également interprétation et réinterprétation, maniement, contournement. Commissaires, muséographes, conservateurs et artistes utilisent donc ces conventions pour se jouer des attentes des publics et pour les surprendre. Les conventions muséographiques sont donc des contraintes productives qui à la fois délimitent les univers des possibles pour chacun des genres et imposent leur nécessaire dépassement. C’est à cette question des genres et à leur transgression que se rapportent les articles, entretiens et pratiques à découvrir de ce 2e trimestre de la vie de Expologie.

                                                                                          Nicolas Blémus et Amélie Gaucher,
                                                                                                      Rédacteurs en chef

  25/04/09

 
 

 

Bernard BLACHE - AUDIO
Ancien Directeur de la communication
du Palais de la découverte 

Sur la mise en exposition
au Palais de la découverte

Christian VERNOU - AUDIO
Directeur du Musée archéologique
de Dijon 
Sur la muséographie d'archéologie

 

Philippe GUILLET
Secrétaire général Icom France
Directeur du Muséum d’Orléans
Sur la muséographie d’histoire naturelle

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi un Musée de l'histoire de France serait-il donc impossible ?
Sur le projet de Musée de l'histoire de France 
Par Serge CHAUMIER



Un projet pour le Musée de l'histoire de France : mettre l’histoire en culture
Sur le projet de Musée de l'histoire de France
Par Pascal RATIER

Restitution, reconstitution : l'expérience de visite, chorégraphie minutieuse
La muséographie des maisons-musées
Par Sylvie MARIE-SCIPION

 

 

La Folk Archive de J. Deller : une approche ethnographique de l'œuvre d'art
D'une révolution à l'autre
Palais de Tokyo, 2008-09, Paris
Par Amélie GAUCHER

Emprunter à la muséographie Beaux-Arts
The Third Mind     
Palais de Tokyo, 2007-08, Paris
Par Amélie GAUCHER

 

Quand l'exposition hésite entre art et histoire
Celtes et Scandinaves
Musée national d’histoire du Moyen Age, 2008-09, Paris
Par Nicolas BLEMUS

 

 

 

 

 
 

 

Comment exposer une collection privée dans l'espace public du musée ?
Désordres du plaisir
Centre Georges Pompidou, Paris, 2009
Par Amélie GAUCHER

 

 



Publié dans Editorial

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article